Les petits romans

Parce que nos vraies vies ne sont pas toujours de grands romans, mais que dans nos vraies vies il y a plein de petits romans, un blog avec des petits romans de nos vraies vies et aussi des vrais romans qui racontent de fausses vies.
Vous n'avez pas tout compris? le mieux c'est encore de lire...

mardi 21 juin 2011

terrasse de café...

J'aime Prague, j'aime Londres, j'aime Madrid, j'aime Barcelone et j'aime encore de nombreuses (grandes) villes... Chacune offre ses petits et grands plaisirs, ses lieux qu'on aimerait croire inconnus, ses habitudes pittoresques mais aucune n'offre de terrasses de café. Je veux parler ici de VRAIES terrasses de café, celles qu'on trouve juste en bas de chez soi, spacieuses ou juste réduites au strict minimum du coin de trottoir où on s'entasse, la tasse au bec et la cigarette (ou l'e-cigarette, au choix) jamais très loin.
Bien entendu, on m'objectera que les terrasses, on en trouve partout. Certes, mais pas avec ce petit rien très parisien français qui fait la différence. Je pense que nombreux sont ceux qui, revenant d'un voyage, s'assoient à une terrasse en se disant "on est quand même bien..."
Notre culture française tourne énormément autour de la table, mais pas uniquement autour de la bouffe. S'asseoir, se poser et discuter de tout et n'importe quoi pendant de longues heures, parfois uniquement en buvant un café (refroidi très vite), c'est une habitude généralement française et qui prend tout son envol à Paris (oui, je sais: Paris, toujours Paris!).
C'est ce qui me manque le plus quand je pars de Paris. Je peste, comme tout le monde, contre le service souvent lent et pas aimable, contre les prix outrageusement outrageux, mais retrouver ses amis au café donne une dimension différente à ces instants d'amitié: plus d'intimité, l'impression d'être "comme" chez soi mais justement pas chez soi, ce qui libère et détend...
Mes amis étrangers ont toujours été frappés par notre propension à passer de longues, très longues heures à table. Eux, ils mangent, et puis c'est tout! Mais cet alanguissement attablé, pour peu que ces chers autochtones d'ailleurs se prêtent au jeu, vient très vite les séduire. Les terrasses de café, ce ne sont pas que des terrasses avec du café, c'est bien autre chose...
Un éveil des beaux jours, un instant de paresse et de contemplation, l'impression de refaire son monde et le sentiment de regarder le monde des autres à travers une fenêtre entrouverte.
Que les cafés aient été de tout temps des repaires d'artistes, écrivains et autres trublions n'a rien d'étonnant. C'est un cliché qui continue à être vrai. Y créaient-ils vraiment d'inoubliables œuvres? Rien n'est moins sûr... Mais ils y respiraient cet air léger qui ouvre l'esprit, parfois sur des petits riens inutiles et futiles pourtant essentiels. L'esprit y puise son repos et se prépare à créer, "pas tout de suite", mais bientôt... C'est en fait l’espace-temps où tout un chacun, poète ou trader, prend le temps d'être dans le présent.
Il existe de nombreux lieux où l'on peut se poser avec tendresse, ici ou ailleurs. J'en ai connu de très poétiques à Prague. Mais pas comme ces terrasses, parfois laides et incongrues et justement pas si poétiques, que Paris se plait à installer pour peu que le trottoir fasse plus d'un mètre de large. Bruyantes parfois, où l'on "déguste" un café souvent immonde, mais rien n'y fait, les terrasses...on s'y pose en attendant que le monde vous sourit...
blog comments powered by Disqus
Une erreur est survenue dans ce gadget