Les petits romans

Parce que nos vraies vies ne sont pas toujours de grands romans, mais que dans nos vraies vies il y a plein de petits romans, un blog avec des petits romans de nos vraies vies et aussi des vrais romans qui racontent de fausses vies.
Vous n'avez pas tout compris? le mieux c'est encore de lire...

vendredi 10 juin 2011

Pas fou des chants de messe!

Dans une vie antérieure, j'allais à la messe. Pas contraint et forcé du tout d'ailleurs. Pour ceux qui ne le sauraient pas, il y eut dans les années 70, 80 (après Vatican II), une nouvelle génération de prêtres et de messes beaucoup plus "tendance", aux airs un peu beatniks et qui aurait pu présager d'une saine progression de l’Église, si cette saine progression n'avait pas été freinée et même stoppée net par ceux-là même qu'elle effrayait (ce qui nous vaut notre "géniale" Église actuelle très made in 19ème siècle). Mais bon, on n'y peut rien, c'est comme ça.
Les messes étaient donc plutôt cool, pas d'obligation de se confesser(sauf que ça permettait d'éviter les dictées du samedi matin) et pas de catéchisme virulent. Une Église plutôt sur la bonne voie... Mais, justement, pas avec les "bonnes voix"... Car les chants de messe étaient (peut-être sont-ce toujours les mêmes) très moches, mal chantés, et très très cucul la praloche au niveau paroles (je ne cite pas un "laisse-toi visiter par le Christ, car il t'aaaiiimmmeuh!" un brin vicelard qu'on a dernièrement changé en "laisse-toi regarder par le Christ"!)
D'ailleurs tous à peu près semblables au niveau mélodies et lyrics. On les chantait en fermant nos oreilles internes et en évitant, tant bien que mal, les fous rires à la vue de sœur machintrucmuche qui battait la mesure avec tant d'entrain qu'elle en envolait ses jupons. Bon, rien de bien grave et pas de quoi nous dégouter (enfin pas trop) de la messe. M'enfin, pas top!
Mais je n'ai compris que dernièrement le pourquoi de cette catastrophe mélodique. Et oui, Vatican II fut une excellente chose (dont l’Église actuelle détruit l'esprit, à mon sens), mais comme on y a décidé que la messe ne serait plus en latin, il a fallu dare dare pondre une série de chants, les anciens (litanies de "dominus vobiscum" et autres) ne faisant plus l'affaire... Pour faire un chef-d’œuvre, il faut avant tout un excellent artiste, mais il faut aussi du temps... et le temps, on n'en disposait pas! on prit donc modèle (enfin, je pense) sur ce qui pouvait éventuellement plaire à un nouveau public sans être too much. On n'allait donc pas faire des chants de messe inspirés des Stones ou de Iggy Pop! On "composa" donc des chants à la chaine, chants, à peu près tous, dans l'esprit du "Dominique, nique, nique"(sic) de "Sœur Sourire", spécialement niais, malgré son "nique, nique" involontaire(?)
Alors bon, un chant nunuche, ça va, mais que des chants cruches... on comprend que Dieu fasse parfois la sourde oreille...


PS: une contrepèterie bien graveleuse se cache dans le titre de ce post!
blog comments powered by Disqus
Une erreur est survenue dans ce gadget