Les petits romans

Parce que nos vraies vies ne sont pas toujours de grands romans, mais que dans nos vraies vies il y a plein de petits romans, un blog avec des petits romans de nos vraies vies et aussi des vrais romans qui racontent de fausses vies.
Vous n'avez pas tout compris? le mieux c'est encore de lire...

lundi 27 juin 2011

Dwich, oh mon dwich!

Aujourd'hui, je voudrais rendre hommage à un homme sans qui mes orgasmes gastronomiques ne seraient pas les mêmes : Lord Sandwich! Car le sandwich ou "dwich", de son petit nom taquin, je l'aime, je le dévore, je le déguste, je le sniffe, je me le mets en intra-veineuse, je le...Rhhhhaaaaaaa!!!
mange-moi!
Hum! Veuillez excuser ce petit instant d'onanisme involontaire. Oui, l'Homme inventa la bouffe et Dieu fait Homme créa "THE" sandwich. Afin de tenter d'illustrer ce post, j'ai "googlisé" : "sandwich" pour les pics et mon choix fut d'autant plus impossible que, gnnnéééé!!, trop faim en voyant toutes ces tranches de pain gainant voluptueusement les garnitures les plus douces ou croquantes, une légère larme de sauce se glissant le long de leurs flancs... Et mon âme gloutonne chancelle de désir! Pourquoi tant d'amour, me direz-vous? Parce que le sandwich, à la fois simple et complexe, s'adapte à la personnalité de chacun.
Tout d'abord, une précision, notre jambon-beurre franchouillard peut être parfois succulent, mais nous ne sommes pas le pays du sandwich (même si on y vient à petits pas); à ce niveau, les "english" nous battent à plates coutures, l'Italie aussi, et même l'Espagne qui donne à ce petit délice culinaire le joli nom de "bocadillo", dont la sonorité croustillante titille déjà le palais, en plus ces derniers sont souvent petits et très mimi (mais, rassurez-vous, servis en plusieurs exemplaires à la fois)
Déshabillons, dans un strip-tease que Dita elle-même ne réussirait pas, ce sandwich aux mille couleurs.
Tout d'abord, les 2 (ou 3 ou même plus) tranches de pain, et là... le moins qu'on puisse dire c'est qu'il y a du choix: de la baguette croustillante, en passant par le bagel, le suédois, les pains aux céréales, au lin, le pain brioché, ceux qui cachent un cœur de mie tendre sous une croute qui pétille, etc, etc... Et puis, vous pouvez toaster ces tartines, les griller, les chauffer, les... Rhhhhaaaa (une fois de plus)
Après, se pose la question de la ou des sauces: mayonnaise grassouillette ou barbecue fumé, tartare qui fouette ou recette miraculeuse expresse (involontaire et donc impossible à refaire), bref, laquelle viendra caresser langoureusement le croquant ou le fondant des salades, cornichons, tomates, jambon serrano, bacon... Et choisirons-nous juste un filet d'huile d'olive "comme là-bas, dis!", pour faire glousser de plaisir le "queso manchego", la mimolette (aah, quel doux ami), ou le chèvre fondant car légèrement poêlé... Oui, que ferons-nous? Qui-suis? Que mangerai-je? Que sandwicherai-je?!! Trop de choix cornéliens pour composer ce qui sera ZE dwich qu'on aime et qu'on regardera ému quand celui-ci nous dira tendrement son premier mot : "papa!" (ou "maman!"). Ce sera d'ailleurs son premier et dernier mot car le dwich, non mais d'abord, on va le bouffer!!! RRRhhhaaa!!!!
Ci dessous le dwich made in Bouba qui m'a inspiré ce post délirant où mes neurones ont implosé:
c'est y pas beau quand-même!
Et ici la recette du dit dwich (parce que, ok, c'est rien à faire, mais quand même!):
"Poulet, tomates, basilic frais, mozzarella di buffala ( très important !! ) , salade ( italian mix, roquette etc...), une pointe de mayonnaise et du pain de mie complet que je ne trouve qu'en Angleterre, pour la France préférer deux bonne tranches de pain de campagne bien frais ( croute bien croustillante et mie bien moelleuse ) c'est tout con mais trop bon !!!" Merci Bouba!!
blog comments powered by Disqus
Une erreur est survenue dans ce gadget