Les petits romans

Parce que nos vraies vies ne sont pas toujours de grands romans, mais que dans nos vraies vies il y a plein de petits romans, un blog avec des petits romans de nos vraies vies et aussi des vrais romans qui racontent de fausses vies.
Vous n'avez pas tout compris? le mieux c'est encore de lire...

lundi 9 mai 2011

"Portrait de créature", chapitre 3-8

Portrait de créature – Chapitre 3

8
 
Une histoire court d’ailleurs depuis bien des siècles à ce propos :

Venue s’abreuver à une rivière du Lieu, une jeune villageoise de 16 ans fit la rencontre de la reine des Etres. Celle-ci lui fit don de la connaissance des Etres. C’est à dire le don de parler aux bêtes et de comprendre leur langage. Au fil des mois, la jeune fille alla

de plus en plus dans la forêt, se refusant à parler à tout être humain. Puis un jour on la retrouva comme endormie près du funeste cours d’eau. Elle était morte, avec un sourire sur les lèvres.Il est dit qu’une fois sa dépouille ramenée au village, une veillée de 3 jours commença. La veille de sa mise en bière, sa mère la vit se relever et se diriger vers la forêt. Il fut impossible dès lors de la retrouver. Les prêtres de la région consacrèrent alors le cours d’eau maléfique afin de l’exorciser.

Au fil des siècles, il semble que l’emprise de la reine Whenilia ait de plus en plus faibli grâce à l’action religieuse des prêtres du Lieu, aidés de leurs paroissiens. Il est vrai que la présence de cette reine des esprits affaiblissait tout désir chez les gens et les rendait

semblables aux bêtes qu’ils vénéraient.

Il est dit qu’une partie des villageois, gens particulièrement avisés, en eut assez et s’employa à assainir la région en abattant le plus possible d’arbres et de bêtes, ce qui semblait nuire à la puissance de la reine.Il purent ainsi rendre la population plus à même de travailler et d’enrichir la contrée, particulièrement par voie maritime.

La reine Whenilia semble s’être liée par moments avec les hommes de la région avant que son pouvoir soit vaincu.Les époux qu’elle se choisissait, plongés dans son enchantement, mouraient jeune, sans que l’on en connaisse la cause.

Il est dit que la reine des Êtres était vêtue de la robe des fées, d’un vert d’eau mouvant, couverte d’une cape vert bronze.

Les gens du Lieu affirment que la rencontrer et croiser son regard était aussi dangereux que la morsure d’un serpent. Car s’insinuait alors le désir de faire partie de la forêt.

L’enchantement commençait par la présence de voix étranges et l’impression d’être un arbre, un animal ou même un brin d’herbe.

Les villageois recommandaient à ceux qui avaient été touchés par l’enchantement de rester pendant quarante jours dans une cellule close, devant un crucifix,sans aucun lien avec quelque animal ou quelque plante que ce soit. La reine des esprit paraît avoir eu un pouvoir important sur les chevaux qui, bien que liés aux hommes, de par leur nature ombrageuse étaient particulièrement touchés par les Esprits. Le plus souvent, c’est ainsi qu’elle réussissait à ensorceler un être humain : touchant naturellement sa monture de par sa nature animale, le cavalier était amené sans méfiance dans un endroit où ses pouvoirs étaient particulièrement puissants.

Il est dit que la reine ne court plus au Lieu mais que néanmoins, pour contrer son enchantement, il est bon de se munir d’une branche d’if ou de saule, ou encore d’une médaille de Saint Lucien, ou encore d’un morceau de bure consacrée. La médaille de

Saint Lucien semble être le meilleur talisman.

Il est dit en effet que Saint Lucien, patron de la région, était un des jeunes hommes touchés par l’enchantement de la reine des Etres. Sauvé par la grâce de Dieu et devenu moine, il se consacra à anéantir la puissance de la reine Whenilia.

Il est dit que lors de son ultime combat avec la reine, celle-ci cria « Whenilia » avant de s’enfuir. Ce qui fut fêté pendant des jours.

Mais bien des gens affirment que ce cri était une manière de dire qu’elle reviendrait. Car c’est de ce cri qu’on en a déduit son nom. Il est donc dit que « Whenilia » signifierait «celle qui reviendra ».

Il est dit qu’une des chansons de la région a été en réalité composée par la reine des Esprits et qu’il est donc dangereux de se laisser aller à la chanter ou même à l’écouter, en voici les principales paroles:
 

Là sous les saules pleureurs aux teintes d’ivoire

Je m’en irai tout bas vers les songes du soir

Je me glisserai doucement dans l’eau dormante

Et mon collier d’ambre s’illuminera

J’ai ôté le ciel de mes parures

Et délivré de mon tourment les déchirures,

Revenant comme si jamais je ne l’avais vu

Mon amour de feu m’a déçue

Et dans l’eau dormante je m’en vais dansante

Emportée par le courant,

Sous le feuillage penché par le vent

Mon cœur est fragile.

Le brouillard caressant les perles des vagues,

Les fleurs des bois me regardant plonger là,

Je me glisserai dans une éternité...

Je l’ai laissé revenir sans un seul mot, 
Mon amour sera aussi bleu que cette eau...

Mon ami, me pardonneras-tu jamais

De n’avoir pu t’accompagner?...

Et dans l’eau dormante je m’en vais dansante

Emportée par le courant,

Sous le feuillage penché par le vent

Mon cœur est fragile.


Cette chanson est, pense t-on, une sorte d’enchantement à lui seul. Il est particulièrement recommandé aux jeunes gens des deux sexes de ne pas se laisser aller à la fredonner, sous peine de se retrouver lié à la reine des Êtres.

Il est dit également que l’on peut entendre parfois cette chanson près de la source maudite sans que l’on sache qui la chante. Il semble que la reine Whenilia, restée liée à son cours d’eau, retrouve quelque vigueur enchanteresse et puisse ainsi signaler sa

présence à l’imprudent visiteur. Celui-ci risque en effet de se laisser aller à écouter sa voix sans se lasser et de ne plus quitter le cours d’eau maléfique où on risque de le retrouver noyé.

Mais il semble que depuis bien des ans déjà, la reine des Êtres soit définitivement partie.

Reste son ultime cri...
blog comments powered by Disqus
Une erreur est survenue dans ce gadget