Les petits romans

Parce que nos vraies vies ne sont pas toujours de grands romans, mais que dans nos vraies vies il y a plein de petits romans, un blog avec des petits romans de nos vraies vies et aussi des vrais romans qui racontent de fausses vies.
Vous n'avez pas tout compris? le mieux c'est encore de lire...

lundi 9 mai 2011

"Portrait de créature", chapitre 2-2

Portrait de créature – Chapitre 2
 
2
« Il fait noir ici, mais c’est parce qu’il manque des lampes. Sinon c’est très joli. » affirme Henri. Bénédicte acquiesce en m’expliquant qu’ils doivent faire des travaux.
« Papa ne voulait rien savoir, alors on n’a rien pu faire tant qu’il était là… Mais maintenant… »
C’est vrai que mon géniteur est mort il y a peu de temps. Je ne m’en souvenais plus…
Je ne sais pas comment l’appeler autrement, après tout il ne représente pas grand chose pour moi…
Il y a, à gauche de l’escalier, une grande porte d’un blanc vieilli. C’est visiblement la porte de la salle. Mon coeur bat très vite. Je vais rencontrer les autres. Mon Dieu, mon Dieu !
Bénédicte saisit la clenche et ouvre soudainement en grand les deux battants, comme un rideau de scène. J’ai effectivement le trac.
J’entre… Là m’attendent deux visages souriants qui ne peuvent nier leur parenté avec Bénédicte mais qui, par conséquent, ne me ressemblent pas vraiment : même air canaille que leur sœur, même bouche, même couleur d’yeux, peut-être un peu plus bleus.
Ils sont tous les deux assez petits. J’ai en face de moi Arsène et Émile le petit dernier.
Celui-ci s’amuse beaucoup de mon air coincé et de ma dégaine de citadin. Je dois vraiment avoir l’air d’un extra-terrestre, mais le moyen d’être à l’aise avec des étrangers qui sont pourtant de ma famille ! J’ai presque envie de repartir.
« Arrête de rigoler bêtement Émile ! Bonjour Thomas, moi c’est Arsène. Et lui, fait ce dernier en tenant son cadet par les épaules, c’est Emile. Il faut l’excuser, il est un peu crétin !
- C’est pas vrai ! s’exclame le petit, Mais je m’excuse quand même» Il m’a dit cela avec un sourire charmeur. Du reste, je ne suis entouré que de visages souriants.
Je respire un bon coup, je les regarde tous et …j’éclate de rire…
« C’est nerveux, c’est nerveux ! »dis-je entre deux éclats.
Ils semblent tous très contents de me voir enfin aussi gai.
« A la bonne heure ! lance Bénédicte , Je préfère te voir comme ça. Bon on va attendre les deux autres qui ne vont pas tarder et on passe à table.
- Heu, Bénédicte…
- Oui Arsène ?
- Pour Victor il n’y a pas de problème, il arrive tout de suite mais Lucien, c’est une autre paire de manches. Il devait réparer le box de Napoléon avec moi ce matin et je ne l’ai pas vu du tout !
- Mais c’est pas possible ! Qu’est-ce qu’il a encore ?!
- Le voilà, Bénédicte ! » crie Émile qui s’était posté à la fenêtre.
J’entends un pas nerveux et Lucien entre dans la pièce.
Il ne ressemble pas aux autres. Plus grand, les sourcils aigus et la chevelure noire légèrement bouclée, il est d’une apparence plus sèche, plus nerveuse. Sa peau est mâte comme la mienne, ses traits
sont beaucoup plus accusés que ceux des autres et ses yeux sont d’un bleu d’acier. Il me fait penser à un loup. En même temps c’est celui qui me ressemble le plus. Nous avons un peu la même forme de visage et le même nez. Mais il est beaucoup plus maigre et plus noueux que moi.
«Ha! tout de même !»dit Bénédicte «Où étais-tu passé ? On t’a cherché toute la matinée et je te signale que tu as du travail à faire comme tout le monde ici !»
Lucien ne daigne même pas lui répondre. Il me regarde, droit dans les yeux, inquisiteur…
Pour quelqu’un qui, soi-disant, avait hâte de me rencontrer, je ne le trouve pas très chaleureux. Il mérite apparemment bien sa réputation.
Je m’approche quand même, la main tendue.
« Enchanté. Je m’appelle Thomas »
C’est évidemment stupide de lui dire ça, puisqu’il le sait certainement, mais je n’ai rien trouvé d’autre à dire pour dégeler l’ambiance. Il ne me répond pas et continue à me fixer sans ciller.
« Et bien Lucien, tu as perdu ta langue ? Tu pourrais être poli ! » dit furieusement Arsène.
blog comments powered by Disqus
Une erreur est survenue dans ce gadget