Les petits romans

Parce que nos vraies vies ne sont pas toujours de grands romans, mais que dans nos vraies vies il y a plein de petits romans, un blog avec des petits romans de nos vraies vies et aussi des vrais romans qui racontent de fausses vies.
Vous n'avez pas tout compris? le mieux c'est encore de lire...

lundi 16 mai 2011

Macarons Vs Calissons


ça y est!!!!! c'est officiel, je déclare, tel une Kate Moss sous L'Oréal, la guerre "Calissons Vs Macarons"!!!
Parce que les calissons, c'est bon!!
les macarons aussi, me direz-vous, et je ne vous contredirai pas. J'adoooore les macarons, leurs courbes généreuses, leurs coques qui craquent finement sous la dent pour dévoiler avec sensualité leurs ganaches parfumées,  leurs couleurs pétillantes ou douces. Comme vous tous, je me pâme régulièrement chez Ladurée ou Pierre Hermé  !!(même si j'avoue humblement être plutôt "laduréen" tant j'aime le romantisme de leurs salons... et que Sofia Coppola et Kirsten Dunst, et ben je les AIME!)
Mais force est de m'avouer que les macarons, c'est vicieux! Ben oui, ça s'apprivoise pas comme ça!!
Combien parmi vous ont tenté la réalisation de ces complexes pâtisseries et en sont ressortis avec l'impression d'avoir fait 14-18 pour rien? Et bien moi, c'est pareil.

four "je cuisine pas"
Certes, mes capacités culinaires sont plutôt tournées vers le mitonnage au pifomètre de plats tels que la daube, le salé aux lentilles et autres ragoûts bien "d'cheu nous"! (non les djeuns,"mitonner" ça veut pas du tout dire être" mytho", je fais mon vieux crouton, mais c'est comme ça!) Mais j'ai quand même tenté l'aventure macarons. Pour ce faire, prendre une journée (ou plus) de RTT est quasi indispensable! Mais malgré le soin que j'y ai pris, l'utilisation de balances électronico-design et d'un four pro version Matrix, et ben mes macarons à moi avaient plutôt l'allure de burgers pas frais et le goût et la texture de brownies bien pâteux, alors ils étaient très bons (et moches!) mais c'était pas des macarons. J'en suis ressorti en comprenant mieux ce qu'a du ressentir Napoléon après Waterloo.
Je n'avais pas été stratège sur ce coup là. Donc mon choix fut vite fait: les macarons je vais continuer à les acheter!
N'empêche que le  goût amer  de la défaite ( "this is the war!") me restait en bouche. J'accepte de laisser aux pro, à leur tour de main et à leur équipement adapté, la confection de ces friandises "tendance" et rebelles, mais j'aurais bien aimé me la péter grave! Certes, tout le monde s'extasie devant mes gros plats d'hiver servis dans une cocotte pas fraiche, mais les petites mignardises me narguaient de leur sourire tout mimi (mais vicieux!)

JUSQU'AU JOUR.... Jusqu'à ce jour béni où je tombe sur ça! :  recette de calissons qui donne envie!
J'ai dans mes proches très proches de furieux adeptes du calisson. il faut dire que son corps d'amande fruité peut vite concurrencer le macaron. Lui aussi a une "gueule" bien personnelle, lui aussi se décline en plusieurs formats, plusieurs couleurs et peut être furieusement élégant.



Alors? Alors, la recette ci-dessus me paraissant maitrisable puisqu'elle ne faisait pas appel à un pesage trop savant ni à un matos de ouf, je me suis lancé...
Et bien m'en a pris car le résultat est allé au delà de mes espérances les plus folles. Mes calissons étaient divins,  croquants et fondants à la fois, charmants dans leur boîte (piquée à Ladurée pour l'occasion) et il me fallut plusieurs tournées fournées pour rassasier les goinfres qui m'entourent (et moi par la même occasion).

Ce que le calisson a de très sympa, c'est qu'il est un peu bourrin à faire! Il faut avoir du biceps et pas trop de finesse pour tourner le mélange sucre glace-poudre d'amandes pour en faire une belle pâte, ça me rappelait mes plats "kloug", ça m'allait donc comme un gant.  Le côté raffiné de l'histoire n'intervient qu'au moment de la mise en forme esthétique de la chose.
Bon, là, j'avoue, si on n'a pas le matos de ouf (qu'on peut voir sur cette vidéo "avé l'accent"!) on peut difficilement leur donner l'apparence aérodynamique qui leur est traditionnelle.
Donc mes calissons avaient la gueule de pâtisseries chinoises pas bonnes  mais ils restaient coquets et surtout addictifs.
Tout ça pour dire que si je l'ai fait, n'importe qui peut le faire et se la péter grave avec sa petite boite de calissons maison à offrir à ses amis qui font "whouaaa!!". En plus, le calisson va bien avec le champagne, la bière, la pizza, le pâté et le foie gras... tout comme le macaron, il est vrai.
Alors, j'ai choisi: je cours chez mes fournisseurs officiels de macarons pour pleurer devant ces foutues gourmandises que je ne maitriserai jamais, mais je leur fais de très grandes infidélités avec mes calissons made in Guigui!
Et puis pour les faignants dont j'étais, qui renâcleraient  quand même à se lancer dans l'aventure calissons (la bataille du macaron, on n'en parle même pas!), il reste une solution fort sympathique: courez chez G Detou
(où y a de tout! je sais, elle est facile.) pour acheter leur crème de calissons qui fait grimper aux rideaux, gavez-vous en avec une cuillère et vous vous sentirez comme ça! :



blog comments powered by Disqus
Une erreur est survenue dans ce gadget