Les petits romans

Parce que nos vraies vies ne sont pas toujours de grands romans, mais que dans nos vraies vies il y a plein de petits romans, un blog avec des petits romans de nos vraies vies et aussi des vrais romans qui racontent de fausses vies.
Vous n'avez pas tout compris? le mieux c'est encore de lire...

vendredi 27 mai 2011

le sport et le chat

Moi, le sport, j'adore ça! C'est juste lui qui ne m'aime pas trop. Je serais d'ailleurs un grand sportif si : j'avais une salle de sport intégrée à mon 33 m²; si on pouvait faire du sport en terrasse; si faire du sport ne voulait pas dire suer; si faire 1 heure de sport par an suffisait et, surtout, si je n'avais pas un chat! En l’occurrence, une chatte de bientôt 4 ans et demi. Car mon âme de "père" responsable m'oblige à suivre le rythme de ma fifille dont l'exercice est bien le cadet de ses soucis. Les propriétaires de chiens sont obligés (avec le sourire) de sortir leurs toutous régulièrement, voire de courir avec eux. Les amis des chiens sont donc contraints et forcés de faire du sport. De notables exceptions, bien entendu, comme le bulldog anglais "qu'une course trop importante peut même tuer" (je cite)! Sachant que ce ravissant chien pète et rote, je le trouve même très très sympathique. Mais en règle générale, le chien, il bouge. Il peut même bouger beaucoup! Ma fifille, elle, ne fait pas ses griffes et préfère qu'on l'emmène, impériale, chez le "patticure" toutes les 3 semaines, pour un peu elle demanderait presque à ce qu'on lui mette le dernier vernis "chat-nel" sur ses grigriffes. Elle n'en a rien à battre des jouets-qui-bougent et je la dérange quand, par malheur, je bouge la nuit pour aller au petit coin: elle se réveille alors avec une moue chiffonnée, pas contente du tout du tout qu'on ait osé attenter à son royal sommeil félin. Sachant combien le chat dort... on évite donc de (trop) bouger!
La preuve en image que le chat est un sacré faignant intellectuel introspectif, c'est qu'en tapant "chat qui fait du sport" dans Google, j'ai juste trouvé ça! :
le "chat-érobic": une pure utopie!

 Bien sûr, ma fifille chasse parfois les moucherons ou même (ciel!) les oiseaux, mais cet aristocratique exercice qu'est la chasse ne nécessite guère le concours de l'humain qui, de toute façon, ferait fuir la proie de son pas simiesque! L'humain, royal sujet (esclave?) de sa majesté le chat, n'a que le droit d'applaudir la chasse de son monarque absolu. (même si un chat qui ramène une proie à moitié mâchouillée, c'est vraiment berk!)
Bref, avoir un chat nécessite patience, humeur contemplative et... paresse! Car, oui, le chat est un excellent prétexte pour glandouiller en paix. Il chasse d'un coup de patte cette (légère) culpabilité qui vous assaille quand vous avez envie de glander. Pour ne citer qu'un exemple (moi!), quand, le dimanche, je n'ai strictement pas envie de bouger ni de m'habiller mais qu'il fait beau (enfin pas trop, sinon ça pique les yeux, cf "j'aime pas le soleil") et que je pourrais faire plein de trucs, la simple vision de ma fifille qui trône alanguie tout plein en pleine sieste (la sieste durant 17heures environ) me délie de mon serment sportif qui n'a d'ailleurs jamais été totalement prêté...
Les amoureux des chats seraient-ils avant tout paresseux? Sachant que la paresse est constructive (cf : "je n'fais rien, je vais bien" ), le chat cultive donc notre génie!
Merci ma fifiiiiiiille!!!!

Les chats sont avant tout de grands artistes! (clin d’œil à Bouba)
blog comments powered by Disqus
Une erreur est survenue dans ce gadget