Les petits romans

Parce que nos vraies vies ne sont pas toujours de grands romans, mais que dans nos vraies vies il y a plein de petits romans, un blog avec des petits romans de nos vraies vies et aussi des vrais romans qui racontent de fausses vies.
Vous n'avez pas tout compris? le mieux c'est encore de lire...

samedi 14 mai 2011

je n'fais rien, je vais bien...

Finalement, il faudra encore attendre pour le post "la guerre macarons Vs calissons", après tout on ne déclare pas une guerre d'une telle ampleur comme ça! Car une question en plusieurs temps revient régulièrement à mon oreille quand je ne travaille pas (surtout en ce moment) "tu fais quoi? rien?! Comment tu fais? Moi j'pourrais pas!"
Et oui, braves gens bien consciencieux, quand j'ai du temps libre, voire beaucoup de temps libre, il m'arrive de ne rien faire (même pas lire ou regarder des séries, même si j'aime particulièrement ça). Je peux même me lever tard, prendre mon petit déj', me recoucher et l'ombre du voile de la culpabilité ne me frôle même pas... C'est tout un art!lol. J'avoue même y prendre un plaisir légèrement pervers! Et là, spéciale régression: quand j'étais petit et que je n'allais pas à l'école pour cause de maladie, savoir que les autres planchaient sur du Bescherelle pendant que je lisais des BD en boucle me comblait d'une joie quasi innocente. Les psy ont donc raison: tout se joue bien pendant l'enfance. Évidemment, c'était beaucoup moins jouissif quand je tombais malade pendant les vacances! (d'ailleurs je ne sais pas vous mais, moi, quand je tombe malade c'est souvent pendant les weekends ou les vacances!)
De toute manière, ne rien faire quand on est dans la lune, ça n'existe pas. Il n'est point besoin, braves gens, de se bouger dans tous les sens pour occuper sa vie. D'ailleurs j'ai pour principe que " ne rien faire de sa vie" n'existe pas, on fait ce qu'on veut et puis c'est tout. A trop vouloir grimper d'inaccessibles sommets, on risque de chuter de très haut. Je n'ai rien contre l'ambition et l'activité, mais à la mesure de chacun. Alors, non je ne serai jamais un prix Nobel et je ne ferai jamais le tour du monde en 48h! Et je ne m'en porte pas plus mal. L'ambition forcenée, j'en ai tâté, ça fait souvent bobo...
Et puis être dans la lune, c'est un état plutôt sympathique. Ceux qui s'agitent pour un rien ne peuvent comprendre cet état voluptueux qui frôle dangereusement la paresse mais qui n'en est pas une, de paresse. Rêver, c'est imaginer, imaginer c'est (souvent) créer. Avec plus ou moins de talent, mais on s'en fout! 
Donc, quand "je ne fais rien", je prépare mes post, je pense à l'avenir (parfois très proche et de façon très pragmatique), je fais et refais le monde à coté de mon chat qui adore quand je fais du rien comme ça, le chat étant le meilleur ami du pierrot-de-la-lune, comme chacun le devine bien. Et je remplis avec beaucoup de soin ma vie pleine de petits "riens". Il m'arrive même de penser que le besoin de s'agiter à l'extrême est une façon de combler un vide, c'est de la psychologie de comptoir mais c'est plutôt juste. J'en déduis donc que ma vie n'est pas vide et que j'aime tout bonnement l'aérer avec mes jolis moments de rien.
Moi je n'fais rien, je vais bien...




PS: et demain j'irai encore mieux que bien puisque c'est dimanche! donc pas d'article sur le blog(lol)

blog comments powered by Disqus
Une erreur est survenue dans ce gadget